Actualité

Rencontre avec le professeur Meissner : Parkinson, lorsque le mouvement devient remède

today5 mars 2024 39

Arrière-plan
share close

Rencontre avec le professeur Meissner : Parkinson, lorsque le mouvement devient remède

Les ombres de la maladie de Parkinson se dissipent peu à peu, révélant des perspectives insoupçonnées. Jadis réduite à de simples tremblements, cette pathologie complexe dévoile désormais ses multiples visages à travers les symptômes moteurs et non moteurs qui la caractérisent. C’est dans cette lumière renouvelée qu’intervient le Professeur Oliver Meissner, chef de service à l’Institut des maladies neurodégénératives de Bordeaux. Lors d’une récente émission radiophonique, sa voix a résonné avec passion, partageant ses connaissances sur cette maladie énigmatique et les pistes prometteuses qui se dessinent.

Le professeur Meissner dévoile les dernières avancées sur la maladie de Parkinson
Le professeur Meissner dévoile les dernières avancées sur la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson : de la découverte à la recherche de nouveaux traitements

Remontant aux origines mêmes de la découverte, le Pr. Meissner a rendu hommage à l’observation remarquable de James Parkinson. Dès 1815, ce dernier avait dépeint avec une perspicacité saisissante non seulement les signes moteurs tels que les tremblements, la lenteur et la raideur, mais également de nombreux symptômes non moteurs comme les troubles intestinaux et urinaires. “C’était des patients à l’époque où la lévodopa n’existait pas. Donc, c’était des patients qui étaient quand même dans une situation dramatique assez rapidement”, a rappelé le Pr. Meissner, soulignant les difficultés rencontrées avant l’avènement des traitements dopaminergiques.

Mais l’aube de la lévodopa en 1965 a apporté un souffle d’espoir, offrant un traitement efficace et bien toléré. Pourtant, à mesure que la maladie progresse, de nouveaux défis surgissent, tels que les moments de blocage ou les mouvements involontaires appelés dyskinésies. Face à ces obstacles, la recherche s’active, explorant de nouvelles pistes thérapeutiques. Le Pr. Meissner a évoqué une start-up castraise développant un médicament prometteur contre les dyskinésies, avec une autorisation de mise sur le marché potentielle d’ici 2030. Cependant, il a souligné la rigueur des phases d’essais cliniques, un parcours semé d’embûches qui peut s’étendre sur des années avant que de tels traitements ne soient accessibles aux patients.

L’importance de l’exercice physique pour prévenir et combattre la maladie de Parkinson

Au-delà des avancées médicamenteuses, le Pr. Meissner a insisté sur le rôle crucial de l’activité physique dans la lutte contre la maladie de Parkinson. “Faire de l’activité physique est vraiment très utile”, a-t-il affirmé avec conviction. Que ce soit la marche, la natation ou le vélo, une activité soutenue et transpirante semble avoir un effet bénéfique sur la progression de la maladie en stimulant la production de facteurs neurotrophiques, ces précieux alliés du bon fonctionnement cérébral.

“Trente minutes d’exercice soutenu, je fais une prise de sang, il y a une augmentation dans le sang circulant de ces facteurs neurotrophiques qui sont indispensables pour le bon fonctionnement du cerveau”, a expliqué le Pr. Meissner. Cependant, il a insisté sur la nécessité de trouver un équilibre entre l’effort physique et la fatigue qu’il peut engendrer, en soulignant l’importance de choisir une activité qui procure du plaisir au patient.

Au-delà de l’exercice corporel, le Pr. Meissner a également mis en lumière l’importance de maintenir une vie sociale stimulante et de gérer le stress et l’anxiété, ces facteurs insidieux qui peuvent accélérer la progression de la maladie. “Ce soutien, à mon sens, fait partie du traitement”, a-t-il déclaré, soulignant le rôle crucial des équipes pluridisciplinaires dans l’accompagnement des patients sur ce chemin escarpé.

Enfin, le Pr. Meissner a abordé la question délicate de la révélation du diagnostic aux proches. Bien qu’il n’ait pas de conseil ferme à donner, il a reconnu que chaque patient gère cette situation de manière unique, certains choisissant de garder le secret, tandis que d’autres optent pour la transparence afin de faciliter la gestion de leur maladie.

Pour en savoir plus sur la maladie de Parkinson : Parkinson Vivre et Travailler – Informations et témoignages (parkinson-vivre-travailler.com)

Écrit par: Mathieu

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser un commentaire

0%