Actualité

Menace de fermeture d’une classe dans le regroupement pédagogique entre Mourens, Gornac et Saint-Pierre-de-Bat

today16 février 2024 172

Arrière-plan
share close

Menace de fermeture d’une classe dans le regroupement pédagogique entre Mourens, Gornac et Saint-Pierre-de-Bat

Charlotte Colin et Clémence Roux, deux mères d’élèves représentantes des parents d’élèves, ainsi que Philippe Portejoie, maire de Mourens viennent évoquer ce sujet dans les locaux de Radio-Entre-Deux-Mers. Cette annonce d’une possible fermeture d’une classe de grande section-CP à Mourens les inquiète.

Philippe Portejoie, maire de Mourens – Charlotte Colin et Clémence Roux, parents d’élèves – photo : Véronique Cherpantier
Philippe Portejoie, maire de Mourens – Charlotte Colin et Clémence Roux, parents d’élèves – photo : Véronique Cherpantier

Charlotte Colin a indiqué : “Nous sommes ici car il y a une fermeture probable d’une classe. Dans l’école de Mourins, qui fait partie d’un regroupement scolaire, l’une de nos écoles risque de perdre une classe.” Clémence Roux a précisé : “La classe menacée est celle des grandes sections CP.”

Le journaliste a décrit le fonctionnement de ce regroupement pédagogique : les cycles élémentaires se trouvent à Gornac, les cycles moyens à Saint-Pierre-de-Bat, et les petites, moyennes et grandes sections avec CP à Mourens. Avec cette fermeture, les grandes sections seraient séparées, certaines restant en maternelle à Mourens, et d’autres allant en primaire avec les CP et CE1 à Gornac.

Les deux mères d’élèves ont exprimé leur vive inquiétude face à ce projet. Charlotte Colin a jugé : “Cela ne nous semble pas du tout adapté, en tant que parents d’élèves, car les enfants d’une même classe seraient séparés.” Elle a expliqué que les locaux de Gornac ne conviennent pas à de si jeunes enfants qui ont besoin “d’un matériel et d’un enseignement adaptés à leur âge.”

Clémence Roux a renchéri : “À 5 ans, l’enfant se retrouverait avec des camarades de 7 ans.” Elle s’est interrogée : “Sur quels critères cette séparation serait-elle décidée ?” Elle a également insisté sur la difficulté pour l’enseignant de “maintenir un apprentissage ludique en grande section” alors qu'”en primaire, on n’apprend plus par le jeu.”

Le maire Philippe Portejoie a confirmé avoir été très surpris par cette annonce, la municipalité pensant être placée en “sauvegarde”, ce qui aurait dû entraîner une concertation pour trouver des solutions, et non une fermeture immédiate. Il a contesté les projections démographiques avancées, estimant qu’elles ne justifient pas une telle baisse des effectifs. Il a rappelé que la crise du Covid a déjà nui à l’attractivité de la commune, en provoquant la fermeture du centre de loisirs, poussant ainsi certaines familles à scolariser leurs enfants ailleurs.

Les parents d’élèves ont également mis en avant les difficultés accrues pour les enfants à besoins particuliers. Charlotte Colin a déclaré : “Plusieurs enfants de ce regroupement bénéficient de projets d’accueil personnalisé ou sont même en situation de handicap. Ils seraient scolarisés dans des classes avec des effectifs beaucoup plus importants. L’accompagnement serait donc forcément de moindre qualité.”

Face à ce risque, élus et parents d’élèves réclament davantage de temps et de discussions avant toute décision définitive. Ils souhaitent travailler à des solutions pour renforcer l’attractivité de l’école, comme inviter les communes voisines sans école à les rejoindre, ou proposer l’apprentissage de nouvelles langues. Une pétition en ligne contre cette fermeture a déjà récolté plus de 600 signatures. L’enjeu est de taille pour maintenir une école de qualité avec les services essentiels, cantine et garderie, afin d’assurer la survie de ce territoire rural.

Plus d’infos : Mairie de Mourens et la pétition

Écrit par: Mathieu

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser un commentaire

0%